AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum change d'adresse ! N'hésitez à nous rejoindre sur APPLE OF LIBERTY !

Partagez | 
 

 the joys of a roommate w/ annalynne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Date d'arrivée : 20/02/2016
Ton anniversaire c'est le : 28/03/1989
Tweets envoyés sur la toile : 70
On dis que je ressemble à : matt daddario.
Je crédite : Hepburns.

MessageSujet: the joys of a roommate w/ annalynne    Lun 7 Mar - 11:11

the joys of a roommate. #nathannaTu n’aurais jamais pensé vivre en colocation. Après tout, tu devais d’une famille riche et dans ton enfance, tu avais été gâté, vraiment gâté. Mais il faut dire que tu faisais tout pour rendre ton père fier de toi, qu’il se vente d’avoir le fils qu’il avait toujours rêvé d’avoir. Qu’importe les conséquences. Tu te forçais à tout pour lui faire plaisir et tu espérais qu’il puisse vraiment t’aimer mais tu réalisas bien trop tard qu’il était impossible pour lui de ressentir le moindre sentiment. Un léger soupir franchit tes lèvres, cela avait changé maintenant. Tu en avais eu marre et tu lui avais balancé tous ce que tu avais enfouis pendant des années. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne l’avait pas très bien pris vu la manière qu’il avait de te regarder, le dégoût se lisant clairement dans ses yeux. Il t’avait ordonné de quitter sur le champ sa maison, que tu n’étais plus son fils et tu ne devais plus apparaître devant lui. Tu avais jeté un regard à ta mère espérant qu’elle trouve quelque chose à dire, rien, le vide dans ses yeux. Secouant la tête afin de chasse ses images du passé, tu poussais la porte d’entrée de ton chez toi. Tu le partageais avec plusieurs personnes, toi qui avait appris à vivre seul, te voila avec d’autres. Ce n’était pas facile tous les jours. Surtout que toi, ton côté « je ne range pas grand-chose » faisant souvent surface. La preuve, ta chambre ressemblait plus à un champ de mine qu’à un vrai coin où dormir. Tu rentrais du boulot et tu ne savais pas s’il y avait encore quelqu’un. Tu bossais de nuit alors il t’arrivait souvent de croiser tes colocataires, eux commençaient la journée tandis que toi, tu allais de coucher. Tu déposas ton léger sac de boulot sur le canapé et alla chercher quelque chose à grignoter dans la cuisine, ton estomac réclamant quelque chose de consistant. Alors que tu avais la tête dans l’un des placards, tu sursautas en voyant une silhouette à tes côtés. « Ne me refais plus jamais ça. » Tu ne l’avais pas entendu arriver. © 2981 12289 0

_________________


“it's our paradise and it's our war zone”
Ҩ Baby there you go again making me love you And now i'm feeling stupid crawling back to you. So I cross my heart, and I hope to die.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité


MessageSujet: Re: the joys of a roommate w/ annalynne    Lun 7 Mar - 11:54

Les joies de la colocation
Two households, both alike in dignity, In fair Verona, where we lay our scene, From ancient grudge break to new mutiny, Where civil blood makes civil hands unclean. From forth the fatal loins of these two foes, A pair of star-cross'd lovers take their life, Whose misadventured piteous overthrows, Do with their death bury their parents' strife.
Je n'aurais jamais cru qu'un jour je vivrais dans un appartement en plein coeur de Manhattan, le quartier le plus chic de la ville, mais je ne vivais pas vraiment seule, puisqu'il s'agissait d'une colocation, au total nous étions cinq, dont ma super cousine, Arielle. Cela faisais un moment déjà qu'on vivais tous dans cet appartement, suffisamment grand pour y accueillir cinq jeunes adultes, mais bien au dessus de mes moyens si j'avais dût y vivre seule, fallait dire aussi que ma famille n'avais jamais vraiment été particulièrement fortunée, on n'était pas vraiment pauvre non plus, a vrai dire nous n'avions jamais manqué de rien, après tout quand on est cinq enfants, il faut tout de même avoir certains moyens, nous ne devions juste pas en abuser et nous le faisions très bien, nous avions tous toujours été responsable, sauf mon petit-frère, mais mes soeurs et moi faisions tout pour l'aider, quoi qu'il puisse arriver, parce qu'une famille se soutient, même dans les moments les plus difficiles qui soient, parce que c'est ce qu'on fait quand on est une famille. Il était encore tôt, mais je devais me lever, car même si aujourd'hui je n'avais pas cours, j'avais décroché un contrat de mannequinat, ou je devrais poser pour un catalogue de lingerie, ce que je n'avais encore jamais fait jusqu'à présent, non pas que je sois pudique ou je ne sais quoi, mais l'occasion ne s'était tout simplement pas encore présenté jusqu'à aujourd'hui, certes, j'avais quelques craintes, notamment sur la tête que ferrais Mark quand il le saurais, nous n'étions pas un couple, se dont je rêvais soit dit en passant, mais pour cela, je devais encore lui avouer ce que je ressentait et pour le moment je n'en avait encore pas trouver, ni l'occasion, ni même le bon moment, mais j'espérais sincèrement pouvoir lui parler et lui avouer tout ce que je ressentait pour le jeune homme qu'elle avait rencontré à la fac. Je soupirais un bon coup, avant de me diriger vers la salle de bain pour prendre une bonne douche, m'habiller et prendre mon petit-déjeuner avant de partir pour le travail et m'occuper de mon nouveau shooting photo, ensuite je devais passer à la boutique de Kate afin de l'aider un peu, puisqu'elle était la seule a s'en occuper, du coup, nous lui donnions un coup de main dès qu'on en aurais l'occasion, après une bonne vingtaine de minutes, je sors de la salle de bain puis me dirige vers la cuisine ou tu te trouvais, seulement, je ne m'attendais en aucun cas à te faire peur "Désolée, je ne pensais pas que je te ferrais peur à se point Natie" te répondit-je avec un léger sourire collé sur mes fines lèvres coloré de rouge, comme à chaque fois.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Date d'arrivée : 20/02/2016
Ton anniversaire c'est le : 28/03/1989
Tweets envoyés sur la toile : 70
On dis que je ressemble à : matt daddario.
Je crédite : Hepburns.

MessageSujet: Re: the joys of a roommate w/ annalynne    Sam 12 Mar - 14:30

the joys of a roommate. #nathannaTu avais été chanceux de tomber sur des personnes qui avaient pu voulu de toi comme colocataire. Lorsque t’es parents t’avaient jeté à la porte de chez eux, tu t’étais retrouvé à la rue, sans sous. Du coup, tu avais appris la dure loi de vivre dans une voiture et ce n’était guère appréciable. Certes, tu avais pu trouver un petit boulot mais tu ne gagnais pas assez pour financer un loyer complet. Du moins pas dans un quartier calme, oui tu aurais pu vivre dans un des quartiers pauvres où tu risquais de te faire tuer à chaque sortie, mais tu avais refusé préférant le confort de ta banquette arrière. Tu n’étais pas fou, tu voulais rester en vie. Puis la providence t’avait fait croiser la route de tes différents colocataires. Par chance, tu t’étais bien entendu avec eux. Même si aujourd’hui, l’une d’elles avait bien failli te faire mourir d’une crise cardiaque. C’était souvent ça quand tu te retrouvais plongé dans tes pensées et que d’un coup, on surgissait devant toi. Tu te passas une main dans les cheveux avant de sourire à ses paroles. Au moins, tu n’avais pas crié, c’était déjà un bon point. Sinon bonjour al honte, tu pouvais avoir l’air très viril quand tu avais peur – ironique quand tu nous tiens.

Secouant les épaules, tu finis par prendre la parole, tu ne voulais pas qu’un silence s’installe entre vous. « C’est rien, t’inquiète. Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un soit là. Je croyais être tout seul dans l’appart’ mais à croire que tu étais cachée. Les autres sont là aussi ? » Après tout, peut-être qu’ils étaient dans leur chambre tranquille. Cela t’arrivait aussi de t’enfermer dans ta chambre par moment, soit pour y dormir après ta journée. Ou bien parce qu’ils avaient de la compagnie. Mais tu ne voulais pas vraiment cette image en tête. Toi, tu évitais ce genre de situation, tu ne ramenais personne. Tu squattais plutôt chez les autres, c’était préférable. Tu te passas une main dans les cheveux avec un petit sourire aux lèvres. Fermant la porte du placard, tu te tournas vers la jeune fille et tu fis une petite moue triste. « Il n’y a plus de gâteaux, je vais mouriiiiiiiiiiiiiiir. » dis-tu d’un ton catastrophé. Tu allais sans doute te désintégrer sur place à cause de la faim qui te détruisait l’estomac. Prenant un air qui se voulait angélique, tu mimas une légère prière, prenant des yeux de biche. « Tu veux bien me faire quelque chose à manger ? » Tu pourrais le faire après tout, mais la cuisine et toi, ce n’était pas le grand amour. Tu étais plu douer à faire brûler qu’à préparer un plat mangeable. Tu faisais à chaque fois de ton mieux pour ne pas créer d’incendie.
© 2981 12289 0

_________________


“it's our paradise and it's our war zone”
Ҩ Baby there you go again making me love you And now i'm feeling stupid crawling back to you. So I cross my heart, and I hope to die.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: the joys of a roommate w/ annalynne    

Revenir en haut Aller en bas
 
the joys of a roommate w/ annalynne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mes Magic Babies Little Joys mise a jour
» Annalynne R. Calvert + (718) 555 -0134
» Instagram.com/Annalynne.Turner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW-YORKERS ™ :: 
HABITATIONS
 :: Manhattan
-
Sauter vers: